Suivre Musicabrac sur Twitter
 
 
Bassnectar
Noise vs Beauty
Juin 2014 / Amorphous Music
Pour son dixième album, Bassnectar se la joue une nouvelle fois explorateur. Sa création, "Noise vs Beauty" ressort comme une encyclopédie de la Bass music, qui en plus de répertorier une foule d'influences, les transcende.
A écouter pour faire le plein de basses
C'est quoi ce groupe ?
Lorin Ashton, ou Bassnectar, a été plutôt explicite dans le choix de son nom de scène. Ce Californien de Santa Cruz aime les basses lourdes, épaisses, sirupeuses. Comme du miel, celles-ci couleront dans vos conduits auditifs afin d’apaiser vos tympans. C’est en tous cas le noble objectif que s’est fixé Bassnectar depuis les années 90, alors qu’il s’appelait encore DJ Lorin. Avec la basse comme seul dénominateur commun, Bassnectar a cette particularité de n'adhérer à aucun style et de constamment associer des sonorités provenant d'horizons divers, à tel point qu'il qualifie lui-même sa musique "d'amorphe".

Cela dit, malgré une dizaine d’albums produits en 14 ans, c’est surtout par ses performances live que Bassnectar s’est distingué. En tournée constante depuis 2005, ce dernier joue régulièrement sur les scènes de festivals prestigieux comme Coachella, Electric Forest ou encore Lollapalooza, nous prouvant à ces occasions qu’il n’est pas là pour faire semblant. Et ce n’est pas son dernier album qui contredira cette affirmation.
C'est quoi cet album ?
Noise vs Beauty commence par quelques notes calmes et mélancoliques de piano. Ce n’est que pour mieux annoncer le contraste avec la suite. Après quelques secondes d’écoute et une montée en puissance rondement menée, une wobble bass vrombissante vient nous rappeler qu’on est bien en présence d’un Bassnectar en pleine forme.
Soit, mais le producteur Californien n’est pas vraiment venu pour rassurer. Dès les premières tracks, il explore et innove, via des incursions très réussies en territoire Trap sur ‘Now’ et Hip-Hop sur ‘Lost in the Crowd’. Immédiatement, on sent que les choix judicieux de featurings et de vocals ne sont pas innocents à ce succès. Pas anodins du tout, ils apportent à chaque piste un style singulier.

Après une entame sur les chapeaux de roues, Bassnectar confirme en nous balançant sa formule magique sur ‘Ephemeral’, sorte d’interlude aquatico-spatial hypnotisant et éthéré. Un peu courte pour qu’on ait le temps de s’y installer confortablement, cette piste instrumentale assume son statut de charnière pour le passage à la vitesse supérieure sur la deuxième partie de l’album.

Pourtant, on reste parfois sceptique à l’introduction de certaines pistes, prêts à peser du bouton next. Oui, mais lorsqu’on s’apprête à laisser tomber,  Bassnectar nous sort in extremis un son, un rythme, une mélodie qui maintient notre curiosité. Et ça ne rate jamais : les basses décollent quelques instants plus tard avec grand bruit, habileté et polyvalence. Vérifiez par vous-même, ‘The Future’ en est le parfait exemple. Et au passage, arrêtez-vous un instant sur ‘Dont Hate the 808’, clin d’œil ultra pêchu aux sons antiques de la célèbre boite à rythme de Roland.

Et puis, impossible de se quitter sans parler de ‘Flash Back’, sorte de suite spirituelle à ‘Ephemeral’ où Bassnectar nous démontre une ultime fois sa maitrise. Ici, chaque son est calibré intelligemment, chaque mélodie façonnée minutieusement pendant l’introduction, puis la montée. Le point culminant est atteint avec le drop d’une high-pitch bass si millimétrée qu’elle en donne des frissons. Il suffit alors de se laisser porter jusqu’à la dernière note, sereinement. Le maitre des basses a parlé, il signe là un sans-faute.
par Flo D.
Si vous ne deviez en écouter qu'une...
   
Boys Noize
Out Of The...
Le Matos
Coming Soon
The Subs
H0L0GRAM
Boris Brejcha
Feuerfalter -...
Axel Boman
Family Vacation
Document sans titre
 
06/10 : Le cadeau sympa de Bassnectar
26/06 : Le nouvel album de Bassnectar en écoute gratuite
 
 
Temples
Sun Structures (2014)
Le rock psychédélique a trouvé ses nouveaux héritiers. Ils sont anglais, ont la vingtaine et sont actuellement en pleine tournée en Europe. En Février dernier, ils sortent...
 
 
Queens Of The Stone Age
Lullabies to Paralyze (2005)
(Pop-Rock)
Temples
Sun Structures (2014)
(Pop-Rock)
Allah-Las
Worship The Sun (2014)
(Pop-Rock)
Odezenne
OVNI édition Louis XIV (2012)
(Electro-Hip-Hop)
Sweet Smoke
Just A Poke (1970)
(Pop-Rock)